Accueil > Histoire, Société, Uncategorized > Les débuts de l’ère chrétienne : la destruction du Temple

Les débuts de l’ère chrétienne : la destruction du Temple

Pendant que ces événements se déroulent en Italie (l’année des quatre empereurs), Vespasien ne reste pas inactif en Judée. Après l’interruption des opérations de l’été 68, il repart en campagne au printemps 69. Ce répit n’a pas profité aux insurgés dont les diverses factions s’affrontent toujours dans une guerre civile au cœur même de Jérusalem. Il progresse donc sans grandes difficultés en Judée qu’il reconquiert quasi intégralement. Il s’abstient toutefois de s’attaquer aux forteresses les mieux défendues ou à Jérusalem qui pourraient lui donner plus de fil à retordre et prendrait du temps, ce qui lui nuirait en cette période où cherche des appuis pour accéder au pouvoir suprême. Il est acclamé empereur par les troupes d’Egypte le premier juillet à l’initiative de Tiberius Alexander. L’armée de Judée leur emboîte le pas, et il reçoit même un peu plus tard la proposition du roi parthe Vologèse de lui prêter 40 000 archers, en signe de ce qu’il ne tentera rien contre les intérêts romains malgré l’incertitude de la situation à Rome. Vespasien part alors pour Alexandrie, ville stratégique s’il en est, l’approvisionnement en blé de l’Italie dépendant fortement des exportations égyptiennes. Il laisse le commandement de la Judée à son fils Titus. La victoire ayant été acquise à Rome fin décembre, Titus reçoit l’ordre de s’attaquer à Jérusalem l’année suivante.

Le siège de la ville sainte commence peu avant la Pâque de 70. L’arrivée des Romains sous les remparts ne suffit pas à réconcilier, même momentanément, les trois factions nationalistes juives qui occupent différentes parties de la cité. Eléazar ben Simon tient le Temple et son esplanade protégée par de hauts murs, Jean de Gischala contrôle le Mont du Temple, tandis que Simon Bargiora est cantonné à la ville basse. Titus et ses quatre légions prennent quant à eux positions sur les monts Scopus et des Oliviers.

A l’occasion de la Pâque, Eléazar ben Simon permet à ses coreligionnaires de venir la célébrer au Temple. Jean de Gischala en profite pour y introduire ses hommes qui éliminent ce rival. Titus s’attaque quant à lui au nord de Jérusalem, au premier mur, qu’il parvient à franchir grâce à ses tours mobiles, puis il s’empare cinq jours plus tard du second mur. Nous sommes le 25 mai. Il a déjà subi de lourdes pertes et en subit encore, coincé qu’il est au pied de la forteresse Antonia qui fait partie intégrante des défenses du Temple. Il revoit sa stratégie, cesse de se lancer dans des assauts meurtriers et fait construire une muraille de sept kilomètres qui isole complètement les assiégés empêchant tout ravitaillement. Une terrible famine s’installe. Cela dure presque deux mois pendant lesquels Flavius Josèphe, qui est passé dans le camp romain après sa défaite en Galilée, ne réussit pas à convaincre ses compatriotes d’abandonner la lutte.

Le 20 juillet, Titus reprend l’offensive. Il réussit à ouvrir une brèche dans le mur du Temple, mais il tombe immédiatement sur un second rempart édifié à la hâte par les défenseurs. Il parvient néanmoins à s’emparer de la Forteresse Antonia quelque temps après. Flavius Josèphe tente une fois de plus de négocier la reddition. Jean de Gischala refuse, alors que certains notables préfèrent prendre cette porte de sortie. Titus, surplombant le mur d’enceinte du Temple depuis l’Antonia, fait construire une rampe qui mène à l’esplanade, mais Jean lui oppose une résistance désespérée mettant le feu aux galeries qui passent sous le rempart pour freiner la progression romaine. Les travaux durent jusque fin août. L’assaut sur le Temple est lancé le 29, le sanctuaire est incendié. Jean parvient toutefois à rejoindre Simon Bargiora. Les deux hommes n’acceptent à nouveau pas de se rendre ; ils exigent de pouvoir fuir au désert. Ils sont capturés lors de l’assaut final du 25 septembre où les troupes romaines opèrent un massacre. Jean de Gischala mourra en prison un peu plus tard, tandis que Simon Bargiora sera exécuté lors du triomphe de Titus, comme le voulait la tradition. Jérusalem est rasée, ainsi que le Temple dont il ne reste aujourd’hui plus qu’une partie du mur d’enceinte occidental connue sous le nom de Mur des Lamentations. Titus rentre à Rome, passant par Césarée et Alexandrie. La guerre n’est pourtant pas tout à fait finie, Lucillius Bassus vient à bout des forteresses de l’Hérodion et de Machéronte, mais il faut trois ans encore pour que tombe Massada sont est réfugiés Eléazar ben Yaïr et ses sicaires qui préfèrent tous se donner la mort, femmes et enfants compris, plutôt que de se rendre.

La destruction du Temple bouleverse complètement la pratique du judaïsme. Les sadducéens, prêtres aristocrates qui ne reconnaissent que la Loi écrite, le Tanakh, disparaissent, car le sanctuaire dont ils avaient la responsabilité depuis son origine n’est plus, mais aussi parce qu’ils ont été décimés pendant la guerre civile en raison de leurs liens trop étroits avec les Romains. Les zélotes subissent le même sort, tués à la guerre ou prisonniers destinés aux jeux du cirque ou encore réduits en esclavage. On perd aussi la trace des esséniens dont les survivants ont pu se disperser parmi la diaspora. Seuls les pharisiens, issus de la « bourgeoisie », attachés non seulement au Tanakh, mais aussi à la loi orale, parviennent à se réorganiser. Ils reconstituent le Sanhédrin à Yavné. Ce conseil entreprend de mettre par écrit les préceptes de la loi orale qui aboutira trois siècles plus tard à la Mishna, complétée au VIème siècle par la Gémara pour former le Talmud. De plus, le culte n’est plus l’apanage des prêtres ou cohanim (descendants supposés d’Aaron), mais il est confié à des sages spécialistes des lois écrites et orales, les rabbins. Tout cela forme le judaïsme rabbinique qui est encore la norme de nos jours, bien que divisé en trois courants distincts.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :