Accueil > Histoire, Société, Uncategorized > L’exil à Babylone

L’exil à Babylone

L’exil à Babylone a joué un rôle très important dans l’avènement de la religion du livre. A cette époque, il était assez courant que le vainqueur force une partie de la classe dirigeante du parti adverse à le suivre dans sa capitale de manière à soumettre le territoire conquis à son autorité et à s’assurer de sa loyauté au lieu de les massacrer purement et simplement. Thoutmôsis III avait déjà employé ce procédé en 1457 av JC avec les enfants et les femmes du roi de Qadesh après qu’il eût pris Megiddo au terme d’un siège qui dura 7 mois. Il aurait pu remporter la victoire bien plus vite si ses troupes ne s’étaient pas livrées au pillage du camp de leurs ennemis au lieu de les poursuivre afin de les empêcher de se retrancher dans la forteresse. Il décida donc d’être clément avec le roi de Qadesh qui l’implorait de laisser la vie sauve à ses proches en le laissant en place et en emmenant sa famille à Thèbes, à la fois comme otages, mais aussi pour que ses héritiers soient éduqués à l’égyptienne avant d’être renvoyés chez eux.

 

Cet épisode est peut être en rapport avec la légende de Moïse, bien que celle-ci soit datée du règne de Ramsès II 200 ans plus tard. Mais ce dernier ayant lui aussi livré bataille à Qadesh, la confusion reste possible. L’adoption de Moïse par la famille de Pharaon pourrait quant à elle faire référence à la domination des Hyksos, venus de Canaan, sur le delta du Nil. Ils ont fondé les XV ème et XVI ème dynasties qui ont régné sur la basse et moyenne Egypte entre 1674 et 1548 av JC. Il ne faut pas oublier que l’Histoire était alors transmise de façon orale uniquement, il n’était pas rare que des évènements finissent par être confondus en un seul au fil des transmissions successives, comme c’est également le cas pour notre mémoire avec les évènements de notre vie. Nombre des souvenirs que nous croyons fidèles à la réalité sont tout bonnement inventés pour économiser la place qu’ils prennent dans notre mémoire, ils sont compressés comme dans un vulgaire disque dur et ils finissent par se chevaucher.

 

Lorsque viendra le temps des croisades 2500 ans plus tard, l’Eglise catholique procèdera à l’inverse en envoyant les hommes vers des destinations lointaines, ce qui lui permettait d’une part de s’occuper de l’éducation des enfants restés au pays et d’asseoir son autorité sur l’organisation de la vie publique à long terme, et d’autre part de s’enrichir en s’emparant des biens qu’elle gérait en leur absence, les possessions des nobles qui ne revenaient pas de Terre Sainte tombaient alors de facto dans son escarcelle. Cela lui permit d’entreprendre la construction de nombreuses cathédrales, Thoutmôsis quant à lui avait fait agrandir le temple de Karnak pour commémorer ses victoires et affirmer sa puissance.

 

En 597 av JC, Nabuchodonosor II, roi de Babylone, prend Jérusalem après l’avoir assiégée en réponse au roi de Juda, Joaqim, qui refusait de lui payer le tribut qu’il réclamait. La ville et le temple sont pillés et le roi Joachin, fils de Joaqim décédé en cours d’année, ainsi qu’une partie des élites sont obligés de quitter Jérusalem pour Babylone. Nabuchodonosor II place alors sur le trône le frère de Joaqim, Sédécias, mais ce dernier ne se montre pas beaucoup plus coopératif que son aîné. Aussi dix ans plus tard le roi de Babylone fait-il complètement raser la ville en représailles et fait exécuter Sédécias et sa famille, entraînant de facto la fin du royaume de Juda. S’ensuit une nouvelle vague de déportation des notables. Selon la Bible il y en aura encore une troisième 5 ans après cet épisode. Toutes les élites politiques, religieuses et économiques se trouvent par conséquent regroupées à Babylone. Les paysans ne sont pas concernés, contrairement à ce qu’il s’est passé pour le royaume d’Israël lors de sa conquête par les Assyriens en 722 av JC. Là, les populations avaient été déplacées pour être remplacées par d’autres venues d’ailleurs. Ils deviendront les samaritains qui ne seront pas reconnus comme Juifs authentiques par les judéens lorsque ceux-ci reviendront de leur exil mésopotamien (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui pour l’état d’Israël).

 

En effet, loin de sa terre natale et de ses temples, le culte de YHWH a évolué. Sans royaume à administrer ni rituel à accomplir, les exilés se sont repliés sur leur religion pour conserver leur identité. Le même principe est encore à l’œuvre de nos jours lorsqu’on ne renvoie leur image aux immigrés que par leur religion. On invente d’abord le Conseil Français du Culte Musulman, puis quelques années plus tard on trouve urgent qu’ait lieu un débat sur la laïcité. Les arabes qui vivent en France n’ont pas choisi tout seuls de parler de leurs racines par ce biais.

Des archives montrent que la classe dirigeante prisonnière du palais de Nabuchodonosor recevait de quoi subvenir à ses besoins, mais il n’y a guère que les artisans et les marchands qui pouvaient continuer à exercer leurs activités en ville. Les élites ont donc dû trouver un moyen de maintenir leur influence sur la communauté, elles ont adapté le dogme aux conditions dans lesquelles elles se trouvaient. La rédaction du Pentateuque qui comprend la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome aurait été largement revisitée à cette période pour aboutir deux siècles plus tard à la version que nous connaissons de nos jours. La première préoccupation était d’établir la présence de YHWH au sein même du melting pot polythéiste de Babylone. Pour ce faire Il a dû quitter la montagne sur laquelle Il avait élu domicile d’où il pouvait veiller sur son peuple pour s’élever jusqu’au ciel. En témoigne le lieu où Moïse à vu s’inscrire dans la roche les Tables de la Loi, Son pouvoir est alors devenu transportable dans une boîte, l’Arche d’Alliance, qu’il ne valait mieux pas ouvrir sous peine d’être foudroyé comme le premier alpiniste venu. La présence divine n’était dès lors plus reliée à un endroit précis, mais elle se trouvait partout où le texte se trouvait. Ainsi naquit la religion du Livre. Elle sera formalisée ultérieurement par la Grande Assemblée qui s’est tenue entre 410 et 310 av JC à Jérusalem.

 

La fin de la captivité des Judéens arrive en 538 av JC, après que le roi Perse Cyrus II ait pris Babylone. Il ordonne que le temple de Jérusalem soit reconstruit ainsi qu’il rétablit le culte de Mardouk à Babylone, ce qui démontre son ouverture d’esprit et sa volonté de laisser la liberté de culte aux peuples vaincus. Aussi les exilés qui ont refait leur vie à Babylone ne sont-ils pas pressés de retourner en Judée, désormais province Perse qui prend le nom de Yehoud Medinata, contrairement à ce que prétend la Bible. Cette région anéantie par les babyloniens reste encore pauvre, essentiellement tournée vers l’agriculture, et Jérusalem n’est alors guère plus qu’un village de montagne sans grande influence. Cyrus ne voit pas d’intérêt à ce qu’elle se développe, elle ne lui sert que de grenier destiné à alimenter ses ambitions de conquête de l’Egypte, il préfère favoriser le développement du commerce maritime dévolu aux Phéniciens qui peuplent la plaine côtière. La Judée ne prendra une importance stratégique qu’après la perte de l’Egypte au cours de IV ème siècle av JC, de nombreuses forteresses y seront construites de manière à sécuriser la frontière, le pouvoir achéménide y sera alors beaucoup plus présent, ce qui a certainement réveillé le sentiment nationaliste parmi les habitants juifs. Pendant ce laps de temps, l’empire Perse a adopté un culte proche du zoroastrisme comme religion.

Publicités
Catégories :Histoire, Société, Uncategorized Étiquettes : , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 15/05/2013 à 15:37

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :