Accueil > Histoire, Société > Le jour où l’Empire du Soleil Levant s’est éveillé

Le jour où l’Empire du Soleil Levant s’est éveillé

Le Japon, qui n’est certes pas un pays pauvre mais qui est très dépendant de ses importations en ce qui concerne l’énergie et l’alimentation, a des projets très ambitieux qui ont pour but de lui rendre son autonomie par rapport au reste du monde. Il n’est peut être pas inutile de rappeler que l’Empire du Soleil Levant a mené une politique d’isolement volontaire, le Sakoku, pendant 250 ans, entre 1641 et 1854, afin de ne pas tomber sous la domination coloniale d’étrangers qui se seraient appropriés leurs ressources naturelles comme le cuivre et l’argent. De fait les îles nippones sont les seules à ne jamais être tombées sous la domination européenne.

 

Ce n’est qu’en 1868 avec l’avènement de l’ère Meiji que le pays s’est résolument ouvert au commerce international, essentiellement sous la pression des américains, suite à l’expédition du commandant Matthew Perry et de ses canonnières de 1853. Avant cela, les échanges commerciaux se limitaient à ceux avec la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, la Chine et la Corée, et ils devaient tous transiter uniquement par Nagasaki; tout étranger ou japonais exilé qui voulait pénétrer sur le territoire national devait recevoir l’autorisation du Shogun sous peine de condamnation à mort.

 

Cette période correspond avec le début de l’intervalle historique dont nous vivons en ce moment la fin, celui de l’hégémonie américaine. En 1868, les Etats-Unis ont trouvé leur unité politique après la guerre de sécession (1861-1865), le premier conflit moderne ayant impliqué l’emploi des technologies issues de la révolution industrielle, à savoir le télégraphe et le chemin de fer. Les Prussiens se sont largement inspirés des observations faites lors de ce conflit pour planifier la guerre qu’ils ont mené contre la France en 1870, qui a directement conduit à celle de 1914-1918 puis à la deuxième guerre mondiale, c’est à dire au suicide de l’Europe faute d’avoir su construire son unité. (voir Naissance du dernier empire européen 1, 2,3)

 

Pendant que les européens prenaient inconsciemment la voie qui les conduirait à leur perte, le Japon faisait venir à grand frais ses meilleurs experts de toutes nationalités suivant leurs domaines d’excellence pour réaliser une transition rapide d’un système féodale archaïque vers une organisation moderne capable de s’adapter à la complexité d’un monde déjà globalisé à cette époque. Il y réussit tant et si bien qu’il a pu se doter de colonies telles que Taiwan ou les îles Pescadores et signer un traité d’alliance avec la Corée avant la fin du XIX ème siècle. Il participa à la première guerre mondiale aux côtés des futurs vainqueurs avant que son ambition expansionniste ne le pousse à défier ses anciens alliés au cours du second conflit planétaire du XX ème siècle. Sa sous estimation de la puissance militaire américaine le conduisit à son tour à sa ruine, il se retrouva occupé pour la première fois de son histoire. (il vivait jusque là dans le souvenir de sa résistance face à la tentative d’invasion menée par les chinois alors sous domination mongole à la fin du XIII ème siècle, grâce au Kamikaze, le « vent divin », un typhon qui envoya la flotte par le fond après de nombreuses tentatives de débarquement, toutes infructueuses, les samouraïs s’étant révélés invincibles en combat rapproché. Au XVII ème siècle ce sera au tour des japonais d’envoyer leur flotte à la conquête des ports chinois, avec un peu plus de succès et la même résultat de fermeture à toute influence étrangère de la part de l’Empire du Milieu. Cet acharnement à défendre l’intégrité de son territoire peut servir à justifier l’utilisation de la bombe atomique bien que la précipitation de son emploi s’explique surtout par une volonté de réduire au maximum l’influence soviétique dans la région. Cela n’a pas suffit à empêcher que l’armée rouge envahisse une partie de la Mandchourie, mais au contraire provoqué le conflit de 1950 qui a mené à la scission de la Corée, premier épisode chaud de la guerre froide)

 

L’ Histoire de cette région du monde reflète particulièrement bien ces mouvements d’ouverture/fermeture successifs (voir Plus dure sera la chute, La victoire et la crise…)et aujourd’hui avec la montée en puissance de l’influence chinoise, le Japon se prépare naturellement à devoir vivre à nouveau en autarcie en attendant que la conjoncture lui redevienne plus favorable. Conscient de la fragilité que lui confère son insularité, il essaye d’anticiper les conséquences de la concurrence accrue de son encombrant voisin sur les marchés de l’énergie et de l’alimentation et travaille à son autonomie dans les deux domaines. D’après « 2033 Atlas des futurs du monde » de Virginie Raisson (éd. Robert Laffont), le Japon devrait chuter à la huitième place dans le classement des économies mondiales d’ici 2050 alors qu’il est actuellement troisième. Standard & Poor’s vient d’ailleurs d’abaisser la note de sa dette à long terme de AA à AA- le 27 janvier.

Publicités
Catégories :Histoire, Société Étiquettes : , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 27/01/2011 à 23:01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :