Accueil > Alimentation, Société, Technologie > Retour aux sources

Retour aux sources

Si la production biologique d’énergie pose de nombreux problèmes, elle aurait aussi plusieurs avantages dont celui de produire à la fois de l’oxygène que nous pourrions respirer et des protéines que nous pourrions manger, tout en faisant baisser le taux de CO2 atmosphérique. Ce petit miracle pourrait bien se réaliser grâce à des organismes microscopiques qui se trouvent dans tous les milieux: les micro algues, soit le phytoplancton, premier maillon de la chaîne alimentaire de nos vastes océans. Evidemment, on les trouve aussi dans l’eau douce, et de manière plus surprenante dans toutes sortes de milieux humides, par exemple sur la face nord des rochers, ce sont elles qui verdissent les murs là où les gouttières ont des fuites; elles s’épanouissent encore dans la jungle, sur les troncs d’arbres, aussi bien que dans le pelage des paresseux qui économisent leur énergie au point de ne pas faire leur toilette. Pour éviter de se dessécher dans les milieux moins favorables, elles ont fini par entrer en symbiose avec des champignons pour donner les lichens.

 

Il est déjà prévu que les astronautes emportent avec eux des végétaux de manière à ce qu’ils produisent une partie de la nourriture. Essentiellement pour briser la monotonie des repas lyophilisés, qui répondent aux seules exigences de poids embarqué, dans le but d’entretenir le moral de l’équipage, à l’instar des traditions gastronomiques entretenues dans la marine. Pour cela, il faudra utiliser les techniques de culture hors sol qui ont été développées depuis quelques années. La majorité des tomates ou des fraises entre autres produits maraîchers que nous trouvons sur les étals de nos supermarchés proviennent déjà de cultures de ce type. Pour leur application dans le domaine spatial, les ingénieurs agronomes ont optimisé la méthode au point qu’il ne faut qu’un mètre carré de culture pour répondre aux besoins d’une personne, comme elle se fait forcément sous lumière artificielle dans une capsule, il est de plus possible de superposer les étages comme dans une armoire au lieu de mobiliser de grandes surfaces au sol. Il a même fallu faire machine arrière car les feuilles des végétaux absorbaient tellement bien la lumière qu’elles apparaissaient noires, ce qui ne rendait pas ces plantes très appétissantes et nuisait plus au moral qu’il ne l’améliorait. On a donc réintroduit les longueurs d’ondes qui les font apparaître vertes dans le spectre lumineux des lampes qui fournissent l’énergie indispensable à leur croissance. Elles apporteront par la même occasion l’apaisement visuel recherché dans certains lieux stressants tels que les hôpitaux ou les tribunaux.

 

Quand elles sont dans des conditions idéales pour leur développement, les micro-algues ont un rendement encore nettement supérieur aux cultures hors sol. Elles peuvent donner jusqu’à 9 tonnes de protéines par hectare et par an alors qu’une culture de protéagineux classique comme le soja n’en fournit qu’une tonne. Une telle productivité devrait permettre une révolution du même ordre que celle qu’a connu la Chine antique lorsqu’une nouvelle variété de riz qui produit deux récoltes par an au lieu d’une a été introduite, favorisant par ce biais son essor économique. Leur vitesse de prolifération fait qu’elles sont les candidates toutes désignées pour la production de nourriture lors de la conquête d’espaces aussi stériles que lointains du type de Mars. La maîtrise de ce genre de culture devrait aussi pouvoir faire taire les zélateurs du malthusianisme qui opère en ce moment un retour en force malgré le simplisme flagrant des théories de Malthus. Comme le dit Alain: « le pessimisme est d’humeur, l’optimisme de volonté »

 

 

Les cyanobactéries, qui étaient autrefois appelées algues bleues, sont les plus anciens organismes vivants dont nous avons retrouvé trace sur notre planète, leur apparition remonte à 3,8 milliards d’années. D’autres formes de vie les ont certainement précédées mais nous n’en avons pas de preuve directe, peut être trouverons nous le témoignage de ces cellules primitives à l’occasion de l’analyse des fossiles martiens; l’évolution s’étant arrêtée plus tôt là bas, leur empreinte ne devrait pas avoir été altérée par les organismes qui leur ont succédé, elles devraient donc pouvoir être retrouvées plus facilement. Personnellement, je penche pour la théorie qui veut que les molécules organiques (qui ont soit été synthétisées dans l’atmosphère terrestre, soit été apportées par la chute d’astéroïdes, dont l’origine est plus sûrement une combinaison de ces deux facteurs) ont coulé au fond de l’océan primitif et que c’est là, dans les dépôts sédimentaires situés auprès des sources hydrothermales chargées en minéraux et en acide sulfurique qu’on appelle encore « fumeurs noirs », qu’est apparue la première paroi cellulaire qui a empêché leur dispersion dans le milieu et par ce fait permis à la vie d’émerger du chaos, grâce à la chimiosynthèse. Ces formes de vie rudimentaires qui se limitaient alors à pouvoir reproduire quelques réactions chimiques auraient été aussi nombreuses que les combinaisons de molécules organiques piégées ensemble, la fusion de leurs parois aurait fini par donner naissance à ce que nous appelons « vie » à proprement parler, les mélanges les plus stables donnant au fil du temps les différentes lignées que nous connaissons: les archées anciennement appelées archéobactéries, les bactéries, toutes deux procaryotes, et finalement les eucaryotes dont nous sommes issus. Ce processus aurait tout aussi bien se produire plus tôt sur Mars qui a refroidi plus vite que la Terre et ces formes de vie primitives être amenées finies sur notre planète par des débris arrachés à la planète rouge suite à une collision avec un astéroïde; aucun système ne peut être considéré comme parfaitement isolé.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 01/02/2011 à 12:00

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :