Accueil > Histoire, Société > Auto da fé – acte de foi

Auto da fé – acte de foi

Maintenant que la comparaison entre les deux époques, la nôtre et la fin du Moyen Age (voir article précédent), est établie, précisons tout de suite qu’il n’est pas question de désigner une attitude, l’expédition de Christophe Colomb, comme étant le « bien » et l’autre, l’Inquisition, comme étant le « mal ».
La colonisation qui a suivi la découverte du Nouveau Monde a engendré l’esclavage des Africains et le génocide des peuples autochtones d’Amérique et plus tard d’Océanie. Pour que les territoires nouvellement découverts deviennent un paradis sur terre, il fallait d’une part faire comme s’ils avaient dès l’origine été réservés par Dieu à l’usage des croyants, donc de ne reconnaître aucun droit de propriété aux populations locales, et même s’arroger le droit d’éliminer celles qui refuseraient de se soumettre à la volonté divine en se convertissant. Et d’autre part, il fallait que les colons puissent profiter des richesses sans qu’ils n’aient besoin de travailler par eux-mêmes. N’oublions pas que nous sommes à l’époque féodale et que les nobles espagnols exploitaient leurs serfs sans que cela ne leur pose de problème de conscience, ce n’est que bien plus tard que le travail est devenu une valeur qui permet l’épanouissement de l’âme. Cette situation a perduré jusque dans la première moitié du XXème siècle, de même que dans le sud de l’Italie. Ils ne pouvaient simplement pas dépeupler leurs fiefs d’Espagne pour produire de la richesse outre-mer. Cela a donné lieu à la controverse de Valladolid, en 1550-1551, lorsque Charles Quint voulut que les conquêtes dans le Nouveau Monde se fassent avec justice et en sécurité de conscience. Les villes des civilisations précolombiennes ayant fortement impressionné les conquistadores, il ne faisait aucun doute que les « indiens » étaient dotés d’une âme, ce sont donc les Africains qui n’avaient pas de telles cités qui ont été désignés comme source intarissable de main d’œuvre. Certains discours ont encore les mêmes relents nauséabonds de nos jours. Les conclusions de ce débat initié par la très sainte Espagne sous l’égide du Pape seront adoptées par tous les pays colonisateurs, même ceux devenus entre temps protestants ne s’interrogeront plus sur le bien fondé de leur politique esclavagiste.  Lorsque La Fayette a demandé a son ami George Washington d’abolir l’esclavage après la guerre d’indépendance des Etats-Unis (1775-1783), il lui a tout simplement répondu: « Mais qui va travailler alors. ».
Bien qu’elle ait mauvaise réputation,l’Inquisition a quant à elle posé les bases de la justice telle que nous la connaissons aujourd’hui encore, avec son enquête à charge, mais aussi à décharge. La procédure inquisitoire différait en fait assez peu des procédures pénale civiles, elle s’inspirait beaucoup du droit romain. Cette juridiction n’utilisait pas plus la torture que les autres, voire même moins, lorsque le suspect avouait spontanément il était le plus souvent condamné à une peine légère, un pèlerinage, première forme de tourisme qui permettait de rencontrer des gens de toutes les régions d’Europe et a favorisé les échanges de savoir entre les populations en plus de renforcer le sentiment d’appartenir à une entité homogène, la Chrétienté, lorsqu’il s’effectuait à St Jacques de Compostelle après que las Sarrasins en eurent été chassés; et quand le cas était complexe, l’inquisiteur devait réunir un collège d’hommes choisis pour leurs bonne mœurs pour l’assister dans sa prise de décision, ce qui aboutira à la constitution des jurys populaires que nous connaissons. Cette juridiction à surtout été utilisée abusivement lorsqu’il s’agissait de régler des problèmes de pouvoir, comme se fut le cas pour les Templiers. L’Inquisition espagnole a quant à elle beaucoup servi à forger l’unité du pays autour du rejet de l’autre, les sujets de confession juive en l’occurence, tout d’abord incités à se convertir, puis soupçonnés de continuer à pratiquer clandestinement sa religion pour les Conversos et finalement expulsés du pays suite à un décret d’Isabelle la Catholique.

L’Histoire est une suite de décisions qui ont pour la plupart conduit tôt ou tard à des évènements moralement condamnables. Il s’agit ici uniquement de décrire l’opposition qu’il peut y avoir entre la manière d’envisager les choses selon que l’on se place du point de vue d’un monde ouvert, qui a conduit à la colonisation ou fermé, qui a donné l’inquisition. Nous n’échapperons de toute façon ni à l’une ni à l’autre tendance, nous ne pouvons qu’essayer d’en éviter les dérives; Autant que faire se peut.

Emancipate yourself from mental slavery
None but ouselves can free our mind
Have no fear for atomic energy
Cause none a them can stop the time
Bob Marley  « Redemption song »

Publicités
Catégories :Histoire, Société Étiquettes : , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :