Accueil > Société, Uncategorized > Plus dure sera la chute

Plus dure sera la chute

Depuis la chute du mur de Berlin qui a surpris tout le monde en 1989 et la victoire de l’Occident sur le bloc communiste qui s’ensuivit en conséquence, notre civilisation manque cruellement d’un projet fédérateur qui pourrait nous faire espérer en un avenir meilleur. Du jour au lendemain l’ennemi avait disparu, nous n’avions plus à craindre la destruction de notre mode de vie sous un déluge de bombes atomiques.

Ce bouleversement a radicalement modifié l’équilibre auquel nous étions habitués depuis 50 ans. Trop heureux que cette menace ne pèse plus au-dessus de nos têtes, nous n’avons pas tout de suite compris que cela voulait aussi dire qu’il n’y avait plus d’ailleurs vers lequel nous aurions pu aller au cas où nous en aurions eu assez du consumérisme inhérent au système capitaliste. Nous avons perdu la possibilité d’agiter le spectre du péril rouge pour faire pression sur nos gouvernements quand ils poussent le bouchon un peu trop loin; il ne fait plus peur à personne. Nous nous sommes retrouvés tout aussi piégés que ceux qui vivaient naguère derrière le rideau de fer.Aujourd’hui nous n’avons plus à notre disposition que l’option d’aller emmerder les tribus d’Amazonie ou les peuplades de Sibérie, dûment accompagnés par Frédéric Lopez, si nous voulons goûter à la liberté d’expérimenter un mode de vie alternatif.

L’avènement d’internet quelques années plus tard n’a fait que renforcer l’impression de rétrécissement de la planète et la règle qui permet d’espionner les moindres faits et gestes de ceux qui se livrent sur la toile a fini d’achever de faire du vaste monde un village global où nous vivons en permanence sous le regard des autres, qu’ils soient amis, mais aussi commerçants ou gens d’arme. Il n’y a pas que la pollution de l’air qui ait rendue étouffante l’atmosphère de ce début de 21ème siècle. Bref, il n’y a plus d’espace pour accueillir nos rêves.

Nous nous sommes soudainement rendu compte que rien n’était prévu pour ce qui adviendrait du monde après le triomphe de nos idées. Cette situation est loin d’être inédite dans l’histoire, tous les grands empires s’y sont trouvés confrontés le jour où ils sont passés d’un système ouvert qui laissait entrevoir la croissance par la perspective de conquêtes nouvelles à un système fermé dont l’ordre ne peut que décroître d’après les lois implacables de la thermodynamique. C’est en cela que d’aucuns ont invoqué la fin de l’Histoire, mais nous savons aujourd’hui qu’aucun système ne peut être considéré comme totalement isolé à moins d’englober l’Univers dans son entier; nous sommes donc encore loin du bout du voyage, nous n’avons même pas encore réussi à nous affranchir des contraintes qui nous lient au minuscule caillou perdu dans l’immensité de l’espace interstellaire sur lequel nous évoluons. Nous vivons à l’échelle planétaire une époque qui s’apparente à celle qu’a connu l’Europe à la fin du Moyen-Age.

Publicités
Catégories :Société, Uncategorized
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 26/01/2011 à 13:20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :